Calendrier de l'avent du domaine public - 2014/2015

Qui s’élèvera dans le domaine public en 2017 ?
Chaque jour de décembre, découvrons le nom d’un auteur dont les œuvres entreront dans le domaine public le 1er janvier 2017.

À propos
↧↧

Accueil > Entrants 2015 > Giovanni Mataloni

Giovanni Mataloni

  • vendredi 26 décembre 2014
  • /
  • Dans le DP en 2015

Giovanni Mario Mataloni est un illustre inconnu. On ne connaît que ses dates de naissance et de mort (1869-1944) et ses origines nobles des Marches en Italie. Même le très sérieux dictionnaire italien Treccani n’en dit pas plus. Et impossible de savoir à quoi il ressemblait : aucune photographie de Mataloni n’est en ligne.

Mais il en va pas tout autrement pour sa carrière artistique et pour son œuvre. À la fois peintre, typographe, affichiste et lithographe, il fait partie du groupe « In arte libertas » (la liberté dans l’art), fondé en 1886 en Italie, s’opposant à l’art officiel. Mataloni comme les autres artistes de ce groupe s’inscrivent dans le mouvement de l’Art Nouveau dit style Liberty en Italie. Ce vaste courant qui s’est très vite développé dans de nombreux pays européens est une conséquence de l’industrialisation croissante entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle : pour s’opposer à la production d’objets et d’images tous semblables, des artistes affirment la force de l’artisanat : ils font des objets quotidiens (le design n’est pas loin !), des bâtisses, des livres illustrés et des affiches avec une virtuosité artistique qui rend leurs œuvres uniques.

Mataloni a connu le succès de son vivant grâce à ses affiches ; il a également fait des couvertures de livres et de journaux, et décoré le palais de l’Agriculture à Rome, et le café Faraglia de la place de Venise, mais tout l’édifice a hélas disparu, emportant avec lui les fresques de Mataloni, dont aucune photographie ne subsiste.

Pour le plaisir, voici une petite expo virtuelle d’affiches de Mataloni : des publicités mettant en scène de superbes femmes « junoniques » (traduction littérale de giunoniche en italien, comprendre des femmes sculpturales et imposantes comme la Junon de la mythologie) à tendance allégorique, entourées de motifs sophistiqués et d’inscriptions typographiquement remarquables. Du pur Art Nouveau, du pur plaisir !

  • L’affiche pour la lampe à incandescence - brevet Auer (1895). C’est grâce à cette jeune femme souriante tenant une lampe d’une main, un tournesol de l’autre, que Mataloni a connu le succès.
  • L’affiche pour la lampe incandescente à pétrole (1896)
  • La superbe couverture de la revue illustrée La Tribune (1897)
  • Une publicité pour le Vermouth Cora (1898) Un mélange de Vulcain et Bacchus, en femme !
  • Une publicité pour les pilules Grocco (1898) Un médicament miracle contre la neurasthénie (!) et préconisé pendant la convalescence de maladies graves.
  • Une publicité pour les bijoutiers Calderoni (1901)
  • Une affiche pour la fête de Cervara (1904)
  • Une affiche pour la première exposition d’art italo-byzantin (1905)

Article Wikipédia : Article Wikipédia dédié à Giovanni Mataloni


Domaine public

Les œuvres numérisées de Mataloni entreront dans le domaine public 70 ans après la mort de l’auteur, soit le 1er janvier 2015. Petite entorse pour cette notice rédigée en décembre, au vu de toutes les affiches déjà mises en ligne. Elles sont trop belles pour ne pas les faire découvrir dès maintenant !


C'est permis !

Le plus simple : imprimer ces superbes affiches et en faire des posters vintage pour chez soi. Une autre idée : il ne manque à ces femmes que la parole : pourquoi ne pas les faire parler en ajoutant des phylactères de B.D. ? Et enfin, une suggestion pour les boîtes de pub en recherche d’idées pour des affiches : pourquoi ne pas récupérer le travail de Mataloni pour les remixer et en faire des publicités pour des produits actuels ? Retrouver ces affiches dans le métro ou dans les rues des villes ferait très certainement grand plaisir à tout le monde.


JPEG - 3.5 ko
Retour en haut