Calendrier de l'avent du domaine public - 2014/2015

Qui s’élèvera dans le domaine public en 2017 ?
Chaque jour de décembre, découvrons le nom d’un auteur dont les œuvres entreront dans le domaine public le 1er janvier 2017.

À propos
↧↧

Accueil > Entrants 2015 > Paul Poiret

Paul Poiret

  • jeudi 18 décembre 2014
  • /
  • Dans le DP en 2015

Le couturier moderniste qui rhabille le monde entier

Audacieux, moderniste, enthousiaste, énergique... tels sont les mots-clés dont auraient besoin des cinéastes voulant raconter sur grand écran la vie extraordinaire de « Poiret le Magnifique ». Surnommé « The King of fashion » par les Américains, le couturier français Paul Poiret a initié l’ère moderne de la mode. L’une de ses prouesses : l’émancipation des femmes du corset au début des années 1900. En lui on trouve à la fois un artiste et un homme d’affaires initiateur.

Paul Poiret vécut ses vingt ans dans une société en pleine transition lorsque l’on construisait des premiers sites historiques à Paris, et le corset faisait déjà le sujet des débats menés par les femmes et les docteurs. Embauché chez Doucet, le jeune Poiret fut l’auteur de quelques dessins bien vendus avant de recevoir un commentaire décevant venant d’une princesse russe, pour un manteau en laine inspiré du kimono japonais. Simplifiée avec des coupes droites, sa création pratique qui accompagnait la collection des robes opulentes de son patron était en fait comparée à un sac dont on se sert pour garder la tête d’un décapité. Ce premier scandale marqua la naissance du célèbre manteau Confucius, formé d’un simple drap en laine replié, qui séduirait de nombreuses clientes lors de l’ouverture du premier salon de couture de Poiret quelques années plus tard. L’influence asiatique s’introduisit de cette manière dans la mode occidentale.

Paul Poiret s’inspira effectivement du style oriental pour créer son empire où triomphaient les couleurs vives et les coupes simples. Il mena sa révolution en insistant moins sur la technique de tailoring que sur celle de drapage qui encourageait le couturier à créer la tenue d’une personne en s’appuyant sur sa silhouette spécifique pour en faire sortir les meilleurs traits. Les symboles de la culture orientale incarnaient la liberté par rapport aux conventions et traditions occidentales.

Des robes à taille haute qui supprimaient le besoin du corset, sollicitant ainsi une autre invention importante : le soutien-gorge, aux robes « naturalistes » au style Greco-Romain et d’autres vêtements qui mettaient en valeur la silhouette fine et mince des femmes aux 20e siècle, en passant par les designs « scandaleux », tels ont été les pantalons de harem, Paul Poiret fut le pionnier de l’histoire du design moderne.

L’homme d’affaires initiateur

Paul Poiret confia dans son mémoire qu’il n’attendit pas son succès de se développer lui-même, qu’il aima travailler même comme un monstre pour élargir son empire. Étant le premier couturier à lancer ses propres parfums, faire photographier ses collections de mode et créer une école d’arts décoratifs pour les femmes, Paul Poiret trouva sa passion dans ces aventures fascinantes au service de la beauté. Qu’il passa la fin de sa vie dans la pauvreté ne remet pas en cause son goût de commerce et de marketing. L’événement « La mille et deuxième nuit » qu’il organisa pour promouvoir sa collection fait preuve de son talent d’avant-garde.

En exigeant les invités de s’habiller à l’orientale, il proposa également à ceux qui avaient du mal à trouver une tenue appropriée à fouiller dans sa collection durant la fête. Paul Poiret fut d’ailleurs le premier couturier à chercher la collaboration avec des peintres pour publier ses collections sous forme des albums d’illustration destinés aux dames de la haute société.


Article Wikipédia : Paul Poiret


Domaine public

La haute couture a ceci de partculier qu’il n’y a pas de droits d’auteur sur les créations. Paul Poiret a écrit ses mémoires, nous allons pouvoir les numériser et les diffuser librement à partir du 1er janvier prochain.


JPEG - 3.5 ko
Retour en haut